Halte à la fossilisation des parents solos !

Halte à la fossilisation des parents solos !
Fossilisation de maman solo- Ere de l'homo sapientus bordelinus

Fossile de mère-solo remarquable
France-2017- Région parisienne

Il y a des femmes qui vivent que pour n’être : « la femme de… » et de plus en plus d’hommes qui prennent le même chemin. Du coup, quand ce type d’union échoue, le partenaire qui a joué les « sherpas » de l’autre aura du mal à se remettre de sa séparation. Pour ces nouveaux mono parents souvent entiers, altruistes et profondément fidèles, la reconstruction est plus longue. Et comme pour tout ce qui demande du temps, ce travail suscite souvent découragement et gros coups de pompe .

Or, c’est dans ces périodes délicates que les mauvaises habitudes s’invitent de façon insidieuse dans notre vie. Si nous n’y prenons garde, nous glissons avec elles dans une autre vie : morne, triste  et abonnée au repli sur soi.

 

Voici quelques (mauvais) signes qui ne trompent pas :

 

Miroir, miroir : surtout ne me dis plus rien !

L’abandon progressif de notre allure et le déni du look est un signal alarmant de repli sur soi. Le manque de sous, la fatigue et la possessivité des enfants parfois sont responsables pour une part de cette décadence, mais pas que.

 L’oubli de soi est en jeu, car souvent on adore faire des achats de fringues pour ses enfants, quand l’on se promène soi-même vêtu comme un sac !  C’est là qu’il arrive, le célèbre jogging pourri de la maman solo (oui, oui on en a toutes un…). Personnellement, j’ai fini par jeté le mien, ainsi que mes gilets façon  « serpillière » : vrais remèdes contre l’amour dans ma vie! Je continue au demeurant à me draper dans mon vieux plaid façon toge quand j’ai froid dans mon petit appart mal chauffé…  sous le regard perplexe de ma fille… Bon, mais il y a bien pire.
Se laisser grossir est un désastre pour le moral et signe l’abandon de plaire, quoi qu’on en dise.

Abandonner le sport aussi est mauvais signe et renoncer au maquillage : le début de la fin !

Décomposition impressionniste de la mère solo moderne vue par sa fille

Décomposition impressionniste de la mère solo moderne vue par sa fille

 

On limite l’amour à du PQR

Par peur de souffrir à nouveau, ou par perte d’estime de soi, la mode du PQR nous fait de l’œil.

Et dans ce domaine, je parle plus précisément aux hommes.  Car ils sortent plus souvent meurtris de leur union passée et ont tendance à priser des relations pour leur seul confort. Mais si nous y réfléchissons honnêtement, ce n’est pas une séparation qui doit nous condamner à jouer les seconds rôles dans la vie et à n’attendre que du pis aller pour l’avenir. Et si sexuellement, le besoin d’une roue de secours est légitime,  ce n’est pas une raison pour renoncer à rouler en carrosse pour les dames ( pour les messieurs, on préférera la Lamborghini ).

 

On a des amis sans intérêt

Est-ce parce que les enfants comblent certains besoins affectifs ou parce que l’on cède à la pression sociale ? Se replier sur sa famille incite souvent à fréquenter des personnes ennuyeuses, ou à ne plus fréquenter grand monde tout court. On devient triste, raisonnable, eh oui, et ennuyeux à son tour. En fait, on s’aperçoit un jour que certains ne nous amènent rien, et que l’on perd son temps à «sourire avec les dents », par souci du politiquement correct…

 

On écoute ses parents….

A laisser les autres prendre le dessus dans notre vie, ce ne sont pas que les enfants, mais aussi les parents qui peuvent en prendre à leur aise. Plus le découragement gagne du terrain, plus le culte de la fatalité, les ornières et les limitations du passé vont trouver un écho dans notre inconscient. C’est là que les « je te l’avais bien dit ! » résonnent de toute leur force, avec tout ce que cela charrie de limitation et d’interdits.

Du coup, c’est comme avec les enfants, prenons garde à ne pas devenir  « corvéable » à la merci d’un entourage familial passéiste, fataliste et faussement protecteur.

Cela n’engage que moi, mais je pense que si la famille est importante pour un mono parent, elle peut parfois aussi créer des complications si l’on n’a pas pris le temps d’un certain recul sur son milieu.

 

Des mauvais signes qui sentent la fossilisation du parent solo,  il y en a encore certainement beaucoup. Ils varient en fonction du caractère de chacun et certainement aussi en fonction du degré de fossilisation dans lequel on marine, plus ou moins consciemment !!!

 Quoi qu’il en soit, pas de fatalité sera mon mot de la fin. Il y a toujours un moment où le déclic peut naître et où l’on a le droit, le devoir et la possibilité de se réapproprier sa propre vie.

Alors, n’hésitez pas à commenter à me donner d’autres exemples, vécus et ressentis dans la zone commentaire.

 

En attendant, comme d’hab, je préfère encore rire un peu de tout ça en revisionnant le cultissime gilet serpillière du « père Noel » : vraiment inoubliable ….

 

 

Vous aimez ? Faites tourner sur les réseaux !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *